Taux d’intérêt : de saint Thomas à Keynes et autres

De plus, les salaires dans « les autres activités financières » ont explosé par rapport à ceux pratiqués dans l’intermédiation de crédit.Il doit rendre ses conclusions le 13 décembre.Arnaud de Lummen, a accumulé, depuis de nombreuses années, de nombreuses connaissances.Ainsi, pour tous ceux qui veulent prendre du recul, le mur financier est bien là, à échéance de 3 ou 4 ans, peut-être moins.Comme les taux d’intérêt nominaux ne peuvent être inférieurs à zéro, la banque centrale peut très bien se trouver dans l’incapacité de maintenir le différentiel taux d’intérêt-inflation à un niveau suffisamment bas, ce qui peut conduire au marasme, voire à une spirale économique descendante.Leur charisme est indéniable, mais ils sont parfois difficiles à suivre pour leurs équipes.Non, ils avancent essentiellement en parallèle.A compter de janvier 2016, toutes les entreprises devront faire bénéficier d’une couverture complémentaire santé d’entreprise à l’ensemble de leurs salariés, c’est-à-dire que tous les salariés du privé seront couverts par une complémentaire santé.Personne ne conteste l’importance que des questions aussi importantes que la santé doive, à un moment, présenter des décisions à une instance politique – conseils d’administration ou parlement.Car faute d’avoir une mesure claire des choses qui comptent, ce sont les comptes et la communication qui seront les seules boussoles du système de santé .L’avenir dira si le CII cible bien les entreprises les plus innovantes pour une efficacité maximale à coût maîtrisé.Il est grand temps que les banques se recentrent sur leurs compétences clés et délèguent les autres à des partenaires chevronnés.C’est cette même idéologie mortifère qui fait des siennes aujourd’hui quand Francfort, quand Berlin et quand Bruxelles ne cessent de nous répéter que l’incontestable reprise économique ayant lieu aux Etats-Unis (mais aussi au Japon et en Grande Bretagne) repose sur des fondements « artificiels », à savoir sur les baisses de taux quantitatives (c’est-à-dire sur la création monétaire).Toujours dans le domaine énergétique, les études sur l’exploitation potentielle des gaz de schiste, doivent intégrer la géopolitique, les aspects climatiques, économiques, financiers, éthiques, sociologiques, la sécurité, la santé, les avancées technologiques, l’environnement, ou l’urbanisation, et tout ceci dans la durée.Pour autant, nous ressentons tous le besoin de donner une certaine unité à notre existence.

Share This: