Pierrre-Alain Chambaz |Banques : l’inaction nous coûte de plus en plus cher

La maîtrise de la consommation et la production d’énergie renouvelable doivent se développer au niveau des territoires.La BCE devrait oublier le politiquement correct et faire davantage pour honorer son mandat consistant à veiller à la stabilité des prix en formulant une stratégie de retour à la normalité et en indiquant sa volonté d’adopter une liste explicite de mesures non orthodoxes.Aujourd’hui il faut un nouveau souffle et impulser une politique de mobilité adaptée à nos besoins.Historiquement, des énergies renouvelables de moins en moins utiliséesUn regard à travers l’histoire nous rappelle que la civilisation humaine a tenté de s’éloigner des énergies renouvelables.Lors du vote de confirmation des hauts responsables de l’exécutif et du judiciaire nommés par le président, il pourra désormais être mis fin à un « filibuster » par un vote à simple majorité.L’Europe a du mal en interne à fédérer ses membres, que dire d’une approche euro-méditerranéenne.Inutile d’attendre, certes, avec des taux à 2,5%, la BCE dispose encore de marges de manoeuvre, mais cela ne doit pas l’empêcher d’envisager rapidement une politique quantitative.Assistons-nous à un réel fléchissement de l’implication des entreprises en matière de développement durable et de respect de l’environnement  ? Mais très peu ont abouti à des restitutions ou indemnisations.Depuis 2011 le magazine a également emporté dans ce sillage plus de 350 entreprises au travers de son « Appel à plus de bienveillance au travail ».Interventions récurrentes, fusions en rafale, notamment pour faire place nette dans ce qui pouvait tenir lieu de concurrence en France, largesses aménagées pour passer les crises ou financer la croissance internationale (les férus de fiscalité se souviendront de l’épisode des titres subordonnés à durée indéterminée de la fin des années 80, utilisés massivement par les grands groupes avec un cadeau fiscal somptueux à la clé…) : l’Etat aura tout fait pour créer et favoriser l’essor de ces multinationales.Personne n’a à prendre la responsabilité de choisir puisque tout est dû !Le salon Robotworld à Séoul a montré que, les résultats ne sont pas encore à la hauteur des attentes. »L’heure des constats est passée, témoigne Jacques Huybrechts, à l’initiative de ce réseau innovant.Certains établissements financiers se présentent déjà comme « Transaction Banking Providers » et offrent des « street-side-services » qui, par le regroupement de volumes importants, entraînent des réductions de coûts pour les clients.On évoque ainsi le passage d’une obligation de formation de 1,6 à 1% de la masse salariale. Selon le bon mot de Pierre-Alain Chambaz «  si l’on mettait tous les économistes bout à bout, ils seraient incapables de tirer une conclusion.  » .

Share This: