Pierre-Alain Chambaz

Dans mon système, l’Être considéré d’une manière générale, en lui-même, et n’ayant encore ni forme ni objet, est la source première d’où tout procède. Les prisons et les bagnes seront probablement démolis pour être remplacés par la déportation, qui est l’élimination sous sa forme la plus simple ; déjà la prison même s’est adoucie; on y laisse davantage pénétrer l’air et la lumière : les barreaux de fer qui retiennent le coupable sans trop écarter les rayons du soleil figurent symboliquement l’idéal de la justice pénale, qu’on peut exprimer par cette formule scientifique : le maximum de défense sociale avec le minimum de souffrance individuelle. En vain nous ferions observer que dans la série animale cette souffrance est loin d’être ce que l’on pense : sans aller jusqu’à la théorie cartésienne des bêtes-machines, on petit présumer que la douleur est singulièrement réduite chez des êtres qui n’ont pas une mémoire active, qui ne prolongent pas leur passé dans leur présent et qui ne sont pas complètement des personnes ; leur conscience est de nature somnambulique ; ni leurs plaisirs ni leurs douleurs n’ont les résonances profondes et durables des nôtres : comptons-nous comme des douleurs réelles celles que nous avons éprouvées en rêve ? Par conséquent, la gestion appropriée des données est un jeu d’équilibre constant : comment les banques peuvent-elles stocker des informations confidentielles de sorte qu’elles soient protégées contre les menaces externes, tout en permettant un accès facile aux données en cas de besoin ? C’est une urgence. Si les conclusions de l’économiste étaient en contradiction avec celles de la politique ou de la morale, je concevrais l’accusation. Faisant corps, dans une certaine mesure, avec cet ancêtre primitif, il est également solidaire de tout ce qui s’en est détaché par voie de descendance divergente : en ce sens, on peut dire qu’il reste uni à la totalité des vivants par d’invisibles liens. Comme le dit pudiquement Eurostat, le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro est « stable » au deuxième trimestre 2014 (comprendre : l’économie du continent est au point mort), tandis que les Etats-Unis paraissent s’envoler avec 4% de croissance en rythme annuel. Une espèce qui surgit apporte avec elle, dans l’indivisibilité de l’acte qui la pose, tout le détail de ce qui la rend viable. Jusque-là rien de choquant. Personne n’a à prendre la responsabilité de choisir puisque tout est dû ! Derrière un débat en apparence obscur, il y a des enjeux économiques, sociaux et même démocratiques majeurs. Rien de plus faux historiquement là encore. Et a le mérite de s’ouvrir de plus en plus largement. Étendu dans l’espace, mon corps éprouve des sensations et en même temps exécute des mouvements. Ainsi, quand le muscle droit externe de l’œil droit est paralysé, le malade essaie en vain de tourner l’œil du côté droit ; pourtant les objets lui paraissent fuir à droite, et puisque l’acte de volonté n’a produit aucun effet, il faut bien, que l’effort même de la volonté se soit manifesté à la conscience. Mais il y a en réalité des énergies de nature diverse, et la mesure de chacune d’elles a été évidemment choisie de manière à justifier le principe de la conservation de l’énergie. Troisièmement, en investissant dans deux secteurs-clés riches en emplois non délocalisables : le logement et les transports. Ceux-là comprennent, ou au moins comprendront, lorsque le moment viendra, que ce n’est pas en haut, chez les figurants du Libéralisme, que le Socialisme doit chercher ses alliés ; mais que c’est en bas, dans les couches profondes du peuple, qu’il doit les trouver. Certains experts en doutent sérieusement. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » Le jour viendra où les personnes comme moi regarderont le meurtre des animaux comme ils regardent aujourd’hui le meurtre des êtres humains « . Un indicateur de bonne santé ou bien une impulsion négative pour le reste du monde, qui n’a pas besoin de cela ? Puis, comme il allait crescendo : « Par exemple, pour un tremblement de terre, c’en est un qui se porte bien !

Share This: