Pierre-Alain Chambaz

Au même moment, il prononce outre-Atlantique un discours remarqué devant l’American Bar Association, où il esquisse une doctrine européenne de la concurrence dans ce que l’on commence à appeler la « nouvelle économie ». Sans doute la vie est pour chacun le plus précieux des biens, puisqu’elle est la condition des autres ; mais d’abord, quand les autres se réduisent presque à zéro, la vie elle-même perd sa valeur : elle devient alors un objet méprisable. Soit deux individus, l’un ayant perdu ceux qu’il aimait, l’autre possédant une nombreuse famille dont le sort dépend de lui : tous deux ne sont pas égaux devant la mort. Non seulement tous les symptômes psychologiques de la folie se retrouvent dans le rêve, — au point que la comparaison de ces deux états est devenue banale, — mais l’aliénation paraît bien avoir également son origine dans un épuisement cérébral, lequel serait causé, comme la fatigue normale, par l’accumulation de certains poisons spécifiques dans les éléments du système nerveux[4]. Les rendements ont tendance à y être croissants, contrairement à ce qui fut le cas dans la « vieille économie », autrement dit l’industrie. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois »Plus une eau est pure, moins elle a de poissons ». De Bruxelles, elle communique ses griefs à l’encontre de Google, nouvelle puissance hégémonique du monde numérique. Aussi l’esprit positif n’a-t-il pu manifester suffisamment sa propre tendance philosophique quand il s’est trouvé enfin conduit, par cette oppression, à lutter spécialement contre l’esprit métaphysique, avec lequel il avait dû longtemps sembler confondu. La théorie de l’abus de droit, codifiée à l’article L 64 du LPF, permet de rendre ces montages « fictifs » ou « artificiels » inopposables à l’Administration, qui est alors en droit de recalculer l’impôt éludé et d’y appliquer les pénalités de 80%. Quel est maintenant le fondement de la loi des causes efficientes ? Le plus souvent, la lourdeur des seules sanctions fiscales (rappel des droits, majorations de 40% et de 80%) rendait superfétatoires les sanctions pénales. En fait les clients évoluent plus vite que les marques et la mutation des consommateurs est stupéfiante. Par exemple, Louis Vuitton a développé ses activités de haute couture, haute joaillerie et montre. Certaines marques ont néanmoins perçu la crise comme une opportunité de s’étendre géographiquement et d’adresser de nouveaux segments de consommateurs potentiels. Prada, par exemple, a entrepris le plan d’investissement le plus agressive qu’il ait jamais mis en place depuis 2008-2009 afin d’étendre son réseau de distribution. Mais ce qui n’a pas d’influence directe sur les applications techniques et sur le progrès de la science positive, est précisément ce qui a le plus d’importance pour l’ordre philosophique à introduire entre les objets de nos connaissances, et pour éclairer du flambeau de la raison les connexions et les rapports entre les faits scientifiques, positivement constatés ; et l’on ne se rendra point compte du vrai caractère des sciences mathématiques, ni du rôle qu’elles jouent dans le système des connaissances humaines, tant qu’on n’aura pas apprécié l’importance de ces questions d’ordre, et qu’on ne Pour bien poser ce problème capital du mépris de la vie, il faut le rapprocher d’une autre question importante : le dévouement a plus d’une analogie avec le suicide, puisque dans les deux cas c’est la mort consentie et même voulue par un individu sachant ce que c’est que la vie. Par ailleurs, les gouvernements précédents qui ont voulu en premier lieu défendre les fonctionnaires, ont fait peser massivement la pression fiscale sur le secteur privé. La raison en est que ces rachats sont déterminés au prorata de la participation de chacune des Banques centrales nationales au capital de la BCE. Un mécanisme inséré dans la nature, une réglementation automatique de la société, voilà, en somme, les deux types d’effets amusants où nous aboutissons. Mais où a-t-on vu un public qui mette de telles bornes à sa censure ? On peut ainsi penser que cette seconde initiative est d’abord d’ordre politique : donner à la Grèce, s’il en fallait, des arguments supplémentaires pour obtenir un allégement du fardeau que constitue la dette. Au final, la quête d’une solution pour alléger le poids de la dette grecque doit être recherchée par des moyens plus directement économiques. La solution que nous préconisons a l’avantage supplémentaire de pouvoir être mise en œuvre dans les autres pays de la zone euro qui connaissent également une situation d’endettement critique.

Share This: