Un soutien gouvernemental

Il se peut donc qu’une baisse des taux ne suffise pas à fluidifier le crédit dans la mesure où la transmission de la politique monétaire fonctionne très mal. De plus, les taux d’intérêt ont un effet différé sur l’économie réelle ? Mais comment s’y prendre ? Sur le Web, 69 % des contributions ne sont pas signées.Aucune voiture de luxe n’est jamais rayée par une clé jalouse aux États-Unis, car celui qui n’en a pas les moyens préfère rêver à celle qu’il s’offrira un jour, plus belle encore, et met tout en œuvre pour y parvenir.Dans son rapport intitulé Now for the Long Term, la Commission Oxford Martin pour les générations futures – groupe de décideurs et de spécialistes expérimentés (auquel nous avons la chance d’appartenir) réunis afin de contribuer à formuler des réponses aux défis planétaires – propose plusieurs mécanismes en appui de cette démarche.Parmi les aires de performance impactées par la transformation digitale, les détaillants citent l’amélioration des relations client et la croissance des revenus, mais ne mentionnent pratiquement jamais la collaboration entre employés.Pour ramener les marges bénéficiaires de l’industrie française à leur niveau de 2000, il faudrait qu’elles augmentent en 2013 de 50 milliards d’euros.Un siècle plus tard, en 2007-2008, le monde a subi un choc financier encore plus important qui a enflammé les passions nationalistes.Mais contrairement à ce que laisse entendre Taleb, recourir aux mathématiques en économie ne relève pas systématiquement du charlatanisme.Au début des années 1840, huit des 26 États américains alors existants (de même que le territoire de Floride) étaient ainsi en faillite, et plusieurs autres tout proches.Dans le cas du TTIP, cela risque de ne pas le rester.Ces travaux doivent juste permettre de faire un état des lieux de ce qui est », explique-t-il.Le dernier « club » est celui lancé en octobre 2012 autour d’un accord sur les échanges de services (dit « TiSA », pour Trade in Services Agreement).Mais un trop fort ralentissement serait très risqué : en dessous de 7 %, les investisseurs commenceront à s’inquiéter de voir les campagnes s’agiter.Du reste, d’autres Etats centralisés, comme le Royaume-Uni (qui a longtemps fait sentir avec vigueur aux Ecossais et aux Irlandais ce qu’était son centralisme), le Danemark, la Suède, sont aussi des pays de « réformes.Or, pour le Brésil, la Russie, l’Inde, la Turquie ou encore l’Afrique du Sud, ce double risque est très dangereux.Depuis juillet, Christian Navlet s’active à ce nouveau concept.Et trouver un modèle simple reproductible dans tout le pays.

Share This: