Taxer le profit sans avoir l’air d’y toucher

En 2008, il rejoint le médiateur national de l’Énergie, au poste de délégué général, où il travaille sur l’accélération de la transition énergétique.Ainsi, les pouvoirs publics motivent-ils ouvertement les familles et les individus à placer leur épargne dans un actif souvent volatil, dont la valeur est difficile à quantifier, dont la réalisation (c’est-à-dire la vente) prend parfois plusieurs mois et qui occasionne en outre divers frais d’entretien, charges de copropriété, etc.La condition de la dissuasion, c’est la crédibilité.Depuis août, Christian Navlet s’active à ce nouveau concept.À l’époque où furent instaurées les Nations Unies et les institutions de Bretton Woods, il y a presque soixante-dix ans, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le pouvoir économique et politique était concentré entre les mains d’une poignée d’États « victorieux, » ce qui facilitait relativement l’obtention d’un consensus sur la manière de restaurer l’ordre international.L’index « Better Life » de l’OCDE le dit pourtant sans équivoque : il n’existe nulle relation de cause à effet entre l’accès à la propriété et la qualité de vie.Les rendements des bons du Trésor remonteraient alors également progressivement, mais les investisseurs et le Trésor pourraient aisément faire face grâce à l’économie florissante qui offre à la fois des recettes fiscales et des opportunités d’investissements.Souhaitant faire de la France le « paradis du crowdfunding », Madame la Ministre Fleur Pellerin a pleinement conscience de la nécessité d’assouplir certaines contraintes actuellement applicables aux émissions de titres dans notre pays réalisées via internet.Mis en place au milieu d’une crise économique, il a été une réponse keynésienne classique.Ceux qui travaillent dans « les autres activités financières » ont souvent des comportements similaires.Grâce à elles, il est désormais plus facile de se protéger contre les impayés, d’optimiser son DSO et d’accéder au financement.La stratégie du parti de la majorité ne surprend que si son but effectivement poursuivi était de remporter ces élections.Si la sophistication et l’ingéniosité des administrations budgétaires et fiscales ont certes pour miroir celles des directions fiscales des entreprises (lorsqu’elles peuvent s’en doter) et des avocats ou autres experts fiscalistes, cet écheveau de prélèvements conduit à de grandes illusions pour la plupart des contribuables.Et dans ce domaine, la tâche reste immense.Depuis 2007, l’OMC travaille à remettre à jour l’analyse statistique de commerce international.Plus je développe ce principe auprès des entreprises, en Europe et en Asie, et plus il apparaît à tous comme une réponse aux années qui viennent, permettant aux organisations de rester légères, souples, réactives, en prise directe avec les nouvelles technologies.

Share This: