Sauvons la consommation… et donc la croissance

Il faut adapter cette démarche aux services publics, avec des complexités juridiques.(C’est la raison pour laquelle les conducteurs de train et les pilotes, par exemple, devraient être contraints de rejoindre des syndicats monopolistiques représentant l’ensemble des autres employés de leur entreprise respective).Ainsi, en politique, des organisations décentralisées résisteront mieux que des Etats hypercentralisés et bureaucratisés.Cela est si vrai que les rois de Prusse avaient fait de la France leur modèle pour s’imposer dans le fatras allemand de l’après-guerre de trente ans.Qu’est-ce, en effet, que la reconnaissance normale ?Une quantité d’argent suffisante en circulation est nécessaire pour le bon fonctionnement de l’économie.Ajoutons que, plus la science avance, plus ses découvertes suggèrent d’inventions ; souvent il n’y a qu’un pas de la théorie à l’application; et comme la science ne saurait s’arrêter, il semble bien, en effet, qu’il ne doive pas y avoir de fin à la satisfaction de nos anciens besoins, à la création de besoins nouveaux.Installer l’infrastructure, offrir des services, propager des informations via la population, tout cela est relativement facile à concevoir et à mettre en place.Cela implique une certaine « sanctuarisation » des crédits consacrés aux programmes nucléaires, spatiaux, à la détection et aux moyens d’interception ;- des moyens de supériorité conventionnelle qui nous assurent une aptitude à « entrer en premier » dans les combats, moyens qui déterminent aussi le niveau de nos missions dans les coalitions.L’astronomie jette sa sonde de plus en plus loin dans le ciel, mais peut-elle aller jamais aussi loin que la pensée ?Mais en réalité, l’utilisation de l’argent de la piraterie pour le financement d’organisations criminelles aux prétentions territoriales, en Afrique notamment, répond bien à un objectif politique.arnaud berreby dentiste aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Est vraiment sage celui qui, sans présumer d’avance qu’on cherche à le tromper ou qu’on se méfie de lui, est capable de déjouer au moment voulu les ruses ».Tandis que la moelle transforme les ébranlements reçus en mouvement plus ou moins nécessairement exécuté, le cerveau les met en rapport avec des mécanismes moteurs plus ou moins librement choisis ; mais ce qui s’explique par le cerveau dans nos perceptions, ce sont nos actions commencées, ou préparées, ou suggérées, ce ne sont pas nos perceptions mêmes.

Share This: