Sacrées banques

Le secteur public domine l’investissement et l’essentiel de l’investissement public est financé par des dons étrangers.Aussi j’invite le gouvernement à rompre avec ce rituel vide de sens et de dire simplement la vérité : ne cachez pas les risques qui pèsent sur notre défense alors que certains misent précisément sur le silence pour poursuivre les coupes, faisant fi des engagements pris devant le chef de l’Etat.Elles (co)gèrent les organismes collecteurs (les fameux OPCA), hors ceux qui sont interprofessionnels, et ont souvent des intérêts très directs à l’extension de leur rôle… Surtout, dans l’entreprise, tout est fait pour contraindre à une dépense accrue, avec une ribambelle d’obligations encore augmentées à l’occasion de cet accord.Les fonctionnaires de la Commission européenne qui ont une inclination pour l’intégration ne considèrent clairement pas cela comme un état final satisfaisant. Christian Navlet regroupe déjà une centaine de bénévoles dont une vingtaine d’actifs qui animent des groupes de travail aussi bien sur la qualité de vie en entreprise que sur « bien-être, sagesse et spiritualité au travail ».Regarder en face la globalisation du footballLe championnat de France peut et devrait aborder, comme notre pays, un virage qui l’oblige à regarder en face, sans crainte, la globalisation du Football et plus sérieusement celle du Monde et à tenter de s’y relocaliser, là aussi, victorieusement.Par ailleurs, les consommateurs recherchent des services simples d’utilisation adaptables sur l’ensemble des canaux à leur disposition (mobiles, réseaux sociaux) : m-commerce et paiement mobile par exemple. »Lorsque l’on fait la synthèse du système redistributif actuel, on constate qu’il est très proche d’une ligne droite », c’est-à-dire qu’en additionnant les impôts réellement payés et en soustrayant les déductions fiscales, tout le monde contribue et reçoit grosso-modo dans les mêmes proportions, explique ce défenseur du revenu universel qui s’est basé sur l’outil de modélisation des économistes Camille Landais, Thomas Piketty et Emmanuel Saez développé en 2011.La hantise de ces responsables émergents étant le coup de grâce tant redouté, à savoir l’exode de ces fonds hors de leur pays en réaction à une Fed qui finirait bien un jour ou l’autre par interrompre son programme de création monétaire.Laissez-moi vous le dire crûment : vous ressemblez de plus en plus à des professeurs de morale, qui espèrent cacher la vacuité de leur pensée par l’invocation quotidienne des grands principes de l’humanisme. Pourquoi cet intérêt public soudain ?Il n’est pas le seul à avoir reculé, les armoires des ministères sont pleines de réformes fiscales avortées Un coup politique?En effet, leurs dirigeants se trouvent partagés entre deux impératifs de leur business : innover pour satisfaire les besoins liés à la consumérisation des services bancaires ; dans le même temps, poursuivre les investissements de maintenance de leur cœur de métier.C’est le cas pour les livres, la musique ou les films.Il a donc rétabli son mécanisme qui empêcherait toute véritable concurrence sur ce futur marché de la complémentaire santé obligatoire lors de l’examen du projet de loi en seconde lecture à l’Assemblée nationale, le 25 novembre.

Share This: