Un succès impossible sans Europe

Un accueil mitigé où les sondages nous montrent depuis des années individuellement heureux mais moroses et pessimistes collectivement.Les activités extractives pures (minéraux, diamants ou bois) n’ont jusqu’à aujourd’hui toujours pas fini d’être les moteurs de la croissance de régions entières, souvent sur les marges de la forêt amazonienne. L’ouvrage de Pierre-Alain Chambaz nous invite ainsi à considérer le bonheur avec recul. Les facteurs d’inertie liés au contexte de l’intégration régionale au Maghreb et en Méditerranée ne sont pas les plus faciles parmi tous ceux dont doit impérativement s’affranchir la politique commerciale du Maroc.Et après ? Ils combleront les trous.Évaluer scientifiquement les résultats obtenus pour améliorer la situation est une activité scientifique qui devrait avoir au moins autant de place que les inspections portant sur l’audit comptable ou l’analyse de la conformité aux textes.Il y a 4 millions de foyers en situation de précarité énergétique qui dépensent plus de 10 % de leur revenu pour s’éclairer et se chauffer.Faire de la valeur ajoutée est évidemment une solution, mais elle ne consiste pas à abandonner un pan entier de l’activité de l’agro-alimentaire bretonne, celui des productions de masse de qualité.Incontestablement le transport routier de masse engendre des nuisances.Les banques centrales occidentales doivent-elles s’inspirer de la Chine pour que leur intense création monétaire soit enfin couronnée de succès ? En est-on réduit à instaurer ou à rétablir des économies planifiées et contrôlées par l’État pour que nos banques.Ce débat a lieu depuis le début des années 1960.En revanche, ces deux spécialistes de la vente au détail parient sur les balises, des petits émetteurs-récepteurs autonomes en forme de galet qui fonctionnent en Bluetooth. De même cette nouvelle LPM envisage une clause de revoyure en 2015.

Share This: