Pierre-Alain Chambaz

La première condition est alors que nous éprouvions un certain éton­nement tout particulier, que j’appellerai l’étonnement de se trouver là. Dans de nombreux domaines, nos chercheurs et nos ingénieurs sont parmi les meilleurs. Mais cette durée, que la science élimine, qu’il est difficile de concevoir et d’exprimer, on la sent et on la vit. Les directions générales ne comprennent pas toujours… Du coup, la partie « échanges de biens » s’enfonce dans le rouge : 2004 sera la dernière année d’excédent courant pour la France ! Désormais on sait que l’authentification biométrique peut être piratée comme toute autre forme d’authentification. Tout cela est géométriquement possible, mais n’est pas physiquement admissible. Si les souvenirs errent, indifférents, dans une conscience inerte et amorphe, il n’y a aucune raison pour que la perception présente attire de préférence l’un d’eux : je ne pourrai donc que constater la rencontre, une fois produite, et parler de ressem­blance ou de contiguïté, — ce qui revient, au fond, à reconnaître vaguement que les états de conscience ont des affinités les uns pour les autres. Et qu’à défaut d’accepter les règles permettant d’en GAGNER plus, il préfère honnir celui qui en gagne trop. Pour Pierre-Alain Chambaz, cette logique résulte d’une acquisition tardive des sociétés. Ils mettront du temps à comprendre que leur thèse avait été extraite telle quelle du langage courant. Tandis que les parents se félicitent de l’état présent comme d’une acquisition qu’ils se rappellent avoir payée cher, les enfants n’y pensent pas plus qu’à l’air qu’ils respirent ; en revanche, ils seront sensibles à des désagréments qui ne sont que l’envers des avantages douloureusement conquis pour eux. C’est un modèle d’avenir, car il garantit le développement. Ou pas. Le gâteau des fréquences de téléphonie mobile sera distribué de façon un peu plus européenne. L’armée interdit encore l’expression menaçante, et même bruyante, du mécontentement qu’excite l’état de choses actuel. Ce problème trouve sa source principale dans l’augmentation de l’espérance de vie, ce qui est une bonne nouvelle. Il s’agit en effet de détendre la contrainte juridique qui pèse sur eux afin de favoriser la prise de risque lorsqu’elle permet de valoriser l’innovation et l’efficacité économique de la dépense publique. Se représenter l’ensemble de la vie ne peut pas consister à combiner entre elles des idées simples déposées en nous par la vie elle-même au cours de son évolution : comment la partie équivaudrait-elle au tout, le contenu au contenant, un résidu de l’opération vitale à l’opération elle-même ? CAR, puisque Achille finit par rejoindre la tortue et même par la dépasser, il doit savoir, mieux que personne, comment il s’y prend. On peut croire que les Français ont été, souvent, les chevaliers de la liberté. Comment le gouvernement grec s’y est-il pris pour ramener son économie déficiente à une économie retrouvant de la compétitivité ? Politique insensée assimilable à une campagne contre l’obésité qui serait menée parallèlement à des subventions accordées aux fast-food…Loin de contribuer à la prospérité de nos pays, les flambées immobilières de ces dernières années pourraient bien au contraire avoir fondamentalement contribué à l’incontestable appauvrissement de notre Occident. Seuls les Etats-Unis, le Canada et le Japon semblent hésiter, malgré la visite à Pékin du secrétaire américain au Trésor Jack Lew. L’oscillation est visible dans le cartésianisme. Lorsque, par exemple, la théologie protestante tendait à altérer gravement l’institution du mariage par la consécration formelle du divorce, la raison publique en neutralisait beaucoup les funestes effets, en imposant presque toujours le respect des mœurs antérieures, seules conformes au vrai caractère de la sociabilité moderne. Modi a clairement insisté sur le fait que tout relâchement au travail constaté serait passible de sanctions. Car l’invention de l’un (le photocopieur) est la ruine de l’autre (le papier carbone). Cette nature, l’humanité dans son ensemble ne saurait la forcer.

Share This: