Pierre-Alain Chambaz

L’habitude, étant la permanence d’une manière d’être, exclut la sensibilité, c’est-à-dire le plaisir et la douleur, qui accompagnent au contraire le changement des manières d’être, l’acquisition ou la destruction des habitudes. Les risques liés à l’endettement persistent encore, en raison de l’accumulation excessive de la dette des années précédentes, mais ils ont cessé de s’accumuler, ce qui est une bonne nouvelle. Vous, comme votre supérieur ou le département des ressources humaines, pouvez clore l’accord à distance de façon totalement sécurisée et légale ! Sachant que la cohérence et la lisibilité du paysage régional pour les acteurs du développement économique est d’ores et déjà un problème non entièrement résolu, la réforme va nécessiter un travail spécifique pour permettre une harmonisation des stratégies et des modes opératoires entre les Régions qui vont se regrouper. Les allocations qu’elles reçoivent constituent le fil qui les rattache à un système d’ensemble. Car s’il y a des modifications dans les choix alimentaires, il n’y a pas seulement des effets observés sur la santé mais aussi sur l’environnement. Une odeur, comme une saveur, est une affection du sujet sentant, qui ne donne aucune représentation, qui n’implique ni ne détermine par elle-même aucune connaissance de l’objet senti. Il n’est donc pas si anormal que le pétrole reste au sommet des sujets d’attention tant il demeure davantage existentiel que la puissance de téléchargement ou d’exploitation de données du dernier joujou technologique. Mais un sujet n’a peu ou pas été pris en compte dans la construction de cette nouvelle carte de la France : l’innovation. Vous vous trompez : si elle en change moins que les hommes, c’est qu’elle la connaît mieux, et qu’elle la défend mieux. La construction euroméditerranéenne et les différentes initiatives de collaboration proposées depuis près de trente ans ont eu des résultats contrastés. Le gouvernement reproduit la même erreur que durant l’été 2012 avec son discours sur la nécessité de « faire payer » les riches. Comment ne pas regretter l’insuffisante intégration du Maghreb, alors que nous savons pertinemment que les coopérations concrètes concourent au dépassement des oppositions les plus ancrées ? Que faudrait-il pour les guérir d’une folie qui semble incurable ? Dans notre monde global, la Méditerranée est une interface stratégique entre l’Europe et l’Afrique. L’intégration méditerranéenne, et demain euro-africaine, nous permettra de peser significativement dans la mondialisation. Ce lien étroit de solidarité, ou ce consensus merveilleux entre les forces et les actions vitales est ce qui les fait qualifier de forces plastiques ou électives, lorsqu’il s’agit des phénomènes de la vie organique, et d’actions instinctives lorsque l’on considère plus particulièrement les fonctions de relation ou en général toutes celles qui appartiennent à la vie animale. Au Sud comme au Nord, l’intégration méditerranéenne est un facteur de sortie de crise et de formulation d’un nouveau modèle de croissance. La morale fondée sur les faits ne peut, encore une fois, « constater » qu’une chose, c’est que la vie tend à se maintenir et à s’accroître chez tous les êtres, d’abord inconsciemment, puis avec le secours de la conscience spontanée ou réfléchie ; qu’elle est ainsi en fait la forme primitive et universelle de tout bien désiré : il ne s’ensuit pas que le désir de la vie épuise absolument l’idée du désirable, avec toutes les notions métaphysiques et même mystiques qu’on y peut rattacher : c’est là une question réservée, qui ne sera plus proprement objet d’affirmation positive, mais d’hypothèse mé L’approche pragmatique de la « Méditerranée des projets », à géométrie variable, s’impose comme une solution efficace. Son action est pilotée par quelques énarques appuyés par une batterie de sondages qui ne font que humer l’air du temps. Ce point est essentiel en ce que l’origine de la dette grecque est à rechercher dans le « mal-développement » de la Grèce. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Un droit n’est jamais que l’autre aspect d’un devoir ». Quelle que soit leur taille, ces projets sont élaborés en lien avec les sociétés civiles, d’où émanent la grande majorité des initiatives.

Share This: