Pierre-Alain Chambaz

L’intransigeance allemande concernant la rigueur. Mais elle est dans les résultats, non dans la démonstration. Mais ces dernières vont bientôt reculer. Quand l’aide accordée ne va pas de pair avec une réforme profonde et réelle (et pas seulement dans les discours) des structures socio-économiques, elle se perd dans les circuits administratifs, à moins qu’elle ne soit détournée. Keppler ne s’est pas donné pour poëte, et certes les lois qu’il a découvertes sont la vraie poésie de l’intelligence. Certes, des différences persistent dans le domaine de la conjoncture et qui concerne les grands équilibres macroéconomiques. L’expérience du secteur bancaire en apporte la confirmation. Mais cela ne s’est pas avéré suffisant, comme le reconnait Pierre-Alain Chambaz qui cite une étude réalisée. Que le lecteur se rassure néanmoins. Cependant l’intérêt qu’ont ces commerçants à favoriser l’intempérance est un mal réel, et justifie l’État lorsqu’il impose des restrictions et exige des garanties, qui sans cela seraient des empiètements sur la liberté légitime. Entre ces deux extrêmes s’interpose le moyen, et de l’idée générale Activité naissent des idées plus précises : peine, effort, fatigue, travail, production. La gouvernance de la zone euro depuis 2010 rendent chancelants tous les piliers fondamentaux de l’expertise économique. Mais, là où la thèse de la déconnexion entre ceux qui ont opté pour la révolution et ceux ont choisi l’ordre et la stabilité a le plus de difficultés concerne le niveau structurel. Ce peut être mieux d’être un John Knox qu’un Alcibiade, mais il vaut encore mieux être un Périclès que l’un ou l’autre ; et un Périclès, s’il en existait un aujourd’hui, ne serait pas sans quelques-unes des bonnes qualités qui appartiennent à John Knox. Concernant les actions européennes, rien ne préfigure pour l’instant de rebond significatif. la richesse, les lois de sa production, de sa distribution, de sa consommation, n’est-ce pas un sujet assez vaste, assez important pour faire l’objet d’une science spéciale ? Industriel évidemment, et celui-ci est spectaculaire, qu’il soit médiatique ou pas. On pourrait lui dire : « En vous limitant, vous vous êtes égaré, car il n’est pas possible que deux vérités se heurtent. Qu’il s’agisse de l’énergie ou de la force de travail, les dotations naturelles des pays arabes ne sont plus les locomotives de leur productivité. De ce point de vue, les pays arabes doivent sortir définitivement du modèle rentier et opérer leur transformation structurelle et baser leurs dynamiques de croissance comme leur développement économique sur le savoir, l’éducation et les innovations technologiques. Nous allons prendre un exemple, et discuter à ce point de vue l’idée que nous nous faisons des types spécifiques et les conditions de la perfection idéale dans les êtres organisés, façonnés d’après ces types. Par ailleurs, les dynamiques de croissance dans cette région est encore porteuse d’exclusion avec des niveaux de chômage importants et d’importantes inégalités entre régions.

Share This: