Les banques d’affaires, un « cartel » qui prospère

Mais surtout, utiliser une telle monnaie c’est échapper au contrôle des changes, avantage auquel les Français ne sont pas forcément très sensibles (le contrôle des changes est aboli en France depuis 1989, ndlr) mais qui devient réel dans des pays comme la Chine.Cette notion de rapidité et d’efficacité, de résultat tangible de leur action, fait également partie des attentes régulièrement exprimées par la génération Y.Notre collègue Jean-Thomas Trojani, a convaincu et remporté une victoire pour ce projet.Elle s’inquiète aussi d’une épidémie de grippe aviaire dans le centre de l’Italie et encourage les autorités italiennes à prendre les mesures qui s’imposent.Or, les Réformistes privilégiaient le collectif et l’avenir: adhésion à des organisations, engagement militant, respect des disciplines, croyance à un projet mobilisateur.Tout est encore possible.Certains veulent transférer la charge de la protection sociale des entreprises vers les ménages.Notre influence et notre capacité de réflexion et d’action en sont trop contraintes : il est temps de changer d’approche.En Europe, notre réussite future reposera sur une stratégie de croissance forte, diversifiée, responsable et durable.De 1950 à 2006, l’activité de l’intermédiation de crédit (les prêts y compris la banque traditionnelle) a décliné par rapport à « d’autres activités financières » (dont les titres, les matières premières, le capital risque, les placements privés, les FONDS D’INVESTISSEMENT spéculatifs, les trusts, et les autres activités d’investissement comme la banque d’investissement).Regardons-y de plus près.D’une part, il est de 0,55% dans les entreprises de moins de 10 salariés et de 1,05% dans celles de moins de 20.

Share This: